Italie : crimes d”honneur” à coups de barre d’acier et de pierre


Modene - Un père et son fils, pakistanais, “punissent”à coups de barre d’acier une mère et sa fille qui refusent un mariage arrangé. Puis avec une pierre, utilisé peut être seulement par le père, réduisent au silence la défense désespérée de la mère. La jeune femme est dans un état grave mais ces jours ne seraient plus en danger, la maman est morte. L’histoire rappelle celle de Hina Saleem, la pakistanaise de 21 ans qui voulait vivre “de manière occidentale” et qui fut égorgée pour ce motif le 10 aout 2006 à Brescia dans la maison de ses parents. Cependant à Brescia la jeune Hina mourut et la mère était d’accord avec les choix du père. Là c’est la maman de Nosheen Butt qui paye le prix fort pour s’être rebellé.


Tout est arrivé l’après midi vers 16:30 dans la cour d’un immeuble du centre résidentiel de Novi de Modéne, rue Bigi Veles 38. Dans cette maison y vivent la famille et leur cinq enfants depuis quelques années et c’est précisément dans le jardin commun que s’est produit le drame.La vingtaine Nosheen s’est rebellé contre la décision familiale d’être donnée comme épouse à un compatriote pakistanais, en présence des autres enfants du couple, Hamad Kahn Butt, ouvrier de 53 ans, et Begm Shnez, 46,

A frapper la jeune fille avec une barre d’acier: le frère de 19 ans, Humair Butt, lui aussi ouvrier, aidé par le père qui aurait ensuite empoigné une pierre et se serait acharné sur sa femme, de 46 ans, la tuant. Quelques voisins ont assisté à la scène et ont appelé les secours, Les Gendarmes sont arrivés immédiatement et ont réussi à arrêter le père et le fils, Amenés à la caserne à Novi pour un long interrogatoire, les deux individus ont choisi de rester muets.

La ressemblance est choquante être cette histoire et celle d’ il y a 4 ans, dans la périphérie de Brescia, pour lequel Mohamed Saleem, le pére de Hina, a été condamné à 30 ans de prison, ainsi que 2 cousins de la victime, Ces deux derniers ont été condamné à 17 ans pour avoir aidé le pére à cacher le cadavre. A Novi-Modéne un refus de mariage arrangé, à Brescia l’envie de vivre librement une relation avec son fiancé Italien, Dans les deux cas, la logique de la possession jusqu’aux plus extrêmes conséquences à transformer deux pères en assassin.

Par : Bivouac-id

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Pour en finir avec la colonisation de la langue arabe

Les juifs de Libye pourront-ils un jour rentrer chez eux?

Nord-Mali : Alger négocie secrètement avec les islamistes d’Ansar Dine