Tags insultants, jets d’excréments sur l’église Saint-Jean à Avignon

Mercredi, église Saint-Jean. Le père Gabriel, curé de la paroisse, s’adresse à la presse, presque en désespoir de cause. C’est que depuis plusieurs mois, son église est la cible de tags injurieux et obscènes, de jets d’excréments... Et la semaine dernière, le feu a été mis au cyprès qui jouxte le bâtiment religieux, risquant de propager les flammes à l’église. Pour ce prêtre, "ces actes ont un lien direct avec ce qui se passe en Irak où des Chrétiens ont été agressés". D’emblée, le père Gabriel parle de tensions inter-communautaires et dénonce un "climat de plus en plus agressif et violent entretenu par un petit groupe de jeunes de 12/13 ans jusqu’à 16 ans". Dans un premier temps, le père Gabriel a cru à des "incivilités" de jeunes désoeuvrés du quartier. Des bêtises d’ados en mal de provocation.
"On va vous griller, vous et votre église"
Puis, quelques jours avant l’incendie du cyprès, un jeune est entré dans l’église, en pleine messe, urinant sur le parvis avec cette phrase terrible, : "On va tous vous griller, vous et votre église". Le curé de la paroisse a déposé plainte au commissariat ce 9 novembre. Comment l’ensemble de faits aussi graves perpétrés envers un lieu de culte, quel qu’il soit, a-t-il pu passer inaperçu auprès des pouvoirs publics ? A la mairie, le chef de cabinet s’avoue "choqué et abasourdi". "Nous avons appris les faits par la presse ce matin-même" reconnaît-on au cabinet du maire. Abasourdi par les faits eux-mêmes, mais aussi par l’absence de relais et le manque de remontée d’informations du quartier jusqu’à la mairie... "Nous avons retracé tous les courriers reçus en mairie ces derniers mois, rien ne concerne l’église Saint-Jean".
Le père Gabriel sera reçu lundi en mairie
Autre motif de stupéfaction, le fait que l’archevêché n’ait pas téléphoné directement au maire pour signaler ces actes qualifiés "d’intolérables".
Des actes qui, pour certains riverains du quartier Saint-Jean ne seraient que la face émergée de l’iceberg déplorant un "prosélytisme religieux". Une tension inter-communautés qui devra être prise en compte par l’archevêché et le représentant du culte musulman. Localement, on apprenait ce soir que le père Gabriel sera reçu en mairie dès lundi 8 h 30, son agenda ne lui permettant pas de rendez-vous avant. "Nous allons mettre en place un groupe de travail composé de la police nationale et municipale mais aussi des services techniques de la ville afin de répondre le plus rapidement possible à cette situation" conclut le chef de cabinet.
N’ayant pas réussi à joindre l’archevêché ce soir, nous ferons, nous l’espérons, connaître sa position dès demain.
Source :avignews

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Pour en finir avec la colonisation de la langue arabe

Les juifs de Libye pourront-ils un jour rentrer chez eux?

Nord-Mali : Alger négocie secrètement avec les islamistes d’Ansar Dine