Alger en état de siège, la marche du RCD réprimée :

Un dispositif policier impressionnant est déployé dés 5 heures du matin autour des rues, des grandes artères et des grands axes de la capitale pour empêcher la tenue de la marche du rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD ) prévue samedi 22 janvier à Alger à partir de 11 heures du matin. Les autorités algériennes ont interdit cette manifestation population organisée à l'initiative du parti d'opposition de Said Sadi. DNA vous fait vivre en DIRECT cette marche.
--------------------------------------------------------------

18h15 : Les 9 personnes interpellées samedi lors devant le siège du parti ont été relâchées, annonce l’APS. Le ministère de l'Intérieur et des Collectivités locales avait indiqué, dans un communiqué, que neuf personnes ont été interpellées pour « voies de fait » et certains pour « port d'armes blanches prohibées ».

14h40 : Sept policiers ont été blessés dans des heurts avec des partisans du Rassemblement pour la Culture et la Démocratie devant leur siège a rapporté l'agence officielle algérienne de presse (APS)

14h30 : Le site internet du parti ( http://www.rcd-algerie.net/ ) n'est plus accessible depuis 14 heures.

13h 23 : Le siège du RCD, sis à la rue Didouche Mourad, est toujours encerclé par la police anti-émeute. Un député affirme à DNA que la direction dénombre déjà une quarantaine de blessés qui ont été évacués à l'hôpital ou soignés sur place. Une tentative de marche vers la Place du 1er mai a été aussitôt réprimée par les forces de l'ordre.

12h38 : Le photographe de presse Bilel Zihani a été arrêté par la police devant le siège du RCD alors qu’il photographiait un manifestant blessé. Embarqué au commissariat d’Alger ( Cavignac ), il a été retenu pendant deux heures avant d’être relâché. Selon des témoignages de journalistes, la carte mémoire de son appareil a été effacée.

12h15 : La marche populaire à laquelle initiée par le RCD pour samedi 22 janvier à 11 heures à été empêchée par les autorités algériennes. Un impressionnant dispositif de sécurité ( CNS, fourgons, camions à jet-d'eau, hélicoptères... ) a été déployé autour de la capitale très tôt dans la matinée du samedi. Des milliers de personnes venues de plusieurs wilayas ( départements ) ont été refoulées par des barrages policiers.

Le siège du parti de Said Sadi, situé à un angle de la rue Didouche Mourad (ex rue Michelet ) est totalement encerclé par des policiers anti-émeute. La direction du parti a été cantonnée dans le siège et empêchée de sortir afin de rejoindre le lieu de la marche, fixé à la place du 1er mai.

Plusieurs arrestations ont été effectuées par la police parmi les manifestants alors des militants et des responsables du parti ont été blessés par des coups de matraques. Certains blessés ont été évacués vers l'hôpital.

Le président du RCD, Said Sadi, affirme à DNA, que le parti " subit une véritable opération d'encerclement. Ils ont quadrillé la ville afin d'empêcher toute tentative de marcher. Des milliers de personnes, venues manifester, ont été refoulées en dehors de la capitale et des militants sont actuellement dans les commissariats de police."

Les autorités algériennes qui avaient annoncé que la marche était interdite ont mis en place un dispositif policier impressionnant qui fait d'Alger, une ville en état de siège.

12h00 : Un photographe arrêté par les forces de sécurité et son matériel confisqué pour avoir photographié un manifestant du RCD blessé par la police.

11h35 : Le chef du groupe parlementaire du RCD a été évacué à l'hôpital. Un important dispositif policier continue d'encercler le siège du RCD, rue Didouche Mourad. Plusieurs personnes blessées par des coups de matraques.

11h25 : Plusieurs personnes ont été blessées par la police devant le siège du RCD affirme à DNA le chargé de communication du parti Mohcine Bellabes. Certaines ont été évacuées à l'hôpital alors que d'autres sont soignées dans le bâtiment où une cellule médicale a été installée. Plusieurs hélicoptères de la police survolent actuellement le ciel d'Alger.

11h00. Le chef du groupe parlementaire du RCD, Atmane Mazouz, arrêté samedi matin avant d'être relâché, est blessé au visage suite à des échauffourées avec la police. Le siège du parti est toujours encerclé par les brigades anti-émeute. Plusieurs arrestations sont actuellement effectuées dans divers endroits de la capitale.

10h54 : Le président du RCD, Said Sadi, improvise une conférence de presse au siège du parti, toujours bloqué par les forces anti-émeute. Sadi dénonce l'interdiction de la marche et fait état de plusieurs arrestations.

10h 50: Des milliers de manifestants venus de Tizi Ouzou et de Bejaia pour participer à la marche ont dû rebrousser chemin, les services de l’ordre les ayant empêchés d’accéder à la capitale.

10h40. Des responsables du RCD annoncent plusieurs arrestations parmi les sympathisants du parti. Le député de la circonscription de Béjaia, Athmane Azouz, a été interpellé par la police dans la soirée du vendredi 21 janvier avant d'être relâché.

10h 30 : Said Sadi au téléphone avec DNA depuis le siège du parti à Alger centre : "Nous sommes encerclés au siège du parti. Ils veulent étouffer cette marche. La police nous empêche de rejoindre la foule qui nous attend. Tous les accès à la capitale ont été fermés. La police a procédé à plusieurs arrestations dans la nuit du vendredi ainsi que dans la matinée du samedi. Des bus ont été bloqués à l’entrée de la ville. Il y a plus de 3000 policiers qui ont été déployés uniquement à la place du 1er mai. C’est une véritable bataille d’Alger."

Alger. 10 h 19 : La police anti-émeute est déployée autour du siège du parti RCD sur la rue grande rue Didouche Mourad. Le député Nordine Ait Hamouda et le président du parti Said Sadi s'adressent à la foule à l'aide d'un mégaphone. Nordine Ait Hamouda scande : "Bouteflika -Ben Ali".

Alger. 08 h 00 : Un dispositif policier impressionnant est déployé dés 5 heures du marin autour des rues et des grandes artères de la capitale. Fourgon anti-émeutes, camions à jets d’eau, policiers en tenue ou en civil, Alger centre est littéralement bouclée par les forces de police.

Les dizaines de policiers sont postés en différents lieux sensibles de la capitale. Sur la place du 1er Mai, lieu d’où devait démarrer la marche, un nombre important de camions des brigades antiémeute est déjà sur place.

Tous les accès menant vers la place du 1er Mai, lieu où devrait débuter la marche, sont fermés. Les navettes de train sont suspendues alors qu’un hélicoptère survol le ciel depuis 8 heures du matin.

Par DNA

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Pour en finir avec la colonisation de la langue arabe

Les juifs de Libye pourront-ils un jour rentrer chez eux?

Nord-Mali : Alger négocie secrètement avec les islamistes d’Ansar Dine