Noël, nouvel An et les islamistes en Kabylie

Nouvel an, un jour que tout le monde attend avec impatience. Une date qui donne un peu de joie à nos familles en Kabylie et aux jeunes qui profitent du réveillon afin d’oublier un peu leurs soucis en souhaitant que la nouvelle année adoucisse le calvaire qu’ils vivent quotidiennement.

Ouadhias est une petite ville située à 35 km de Tizi Ouzou, région secouée, comme d’autres villes et villages de Kabylie, par les évènements qui se sont succédés depuis des années. Par contre un phénomène nouveau vient s’ajouter a toutes les misères que vivent les citoyens de cette ville. On a vu naitre une nouvelle mosquée au cœur du centre ville, dirigée par un groupe de salafistes, depuis nous avons droit, a des intimidations chaque jour, dont j’ai été témoin avant de quitter la région pour m’installer en France.

Mais Noël et la fin de l’année 2010 sont marqués par une autre attaque de ces islamistes qui veulent talibaniser la région et toute la Kabylie pour y reproduire ce qui se passe au Pakistan et en Afghanistan.

J’ai appris ya quelques jour une Nouvelle qui ma secouer , alors que j’appelais ma famille pour leur souhaiter un joyeux Noël et faire mes vœux pour le nouvel an que les habitants des Ouadhias se sont réveillés avec une fatwa pondue par les fous d’Allah interdisant aux habitants de fêter Noël et le nouvel an car ces fêtes ne font pas parties des traditions musulmanes.

Mais cela ne s’arrête pas là. Ces mahométans ont profité du prêche à la mosquée pour inciter les fidèles à interdire à leurs proches d’adhérer à ces festivités. Ils sont allés jusqu’à interdire les buches pâtissières ou glacées ou toute guirlande ou boule qui sont, selon eux, des signes ostentatoires d’offenses à l’islam.

Je passe sur les problèmes engendrés par ces prêches qui ont créés des conflits au sein d’une même famille. Entre les musulmans et ceux qui préfèrent retourner à la religion de leurs ancêtres, c’est-à-dire le christianisme. L’islamisme, avec la complicité de l’Etat, infecte nos rues, nos maisons et nos villages faisant de plus en plus de dégâts au sein des populations kabyles. Le désarroi des populations terrorisées augmente de jour en jour face aux intimidations et aux menaces.

Les questions que l’on se pose aujourd’hui sont : y a il plus diabolique que cela ? Allons-nous voir demain la Kabylie devenir le nouveau siège de ces malades qui empoisonnent nos vies ? Qu’attendent les représentants du peuple kabyle et que font-ils pour arrêter ce fléau qui vise à détruire notre peuple ? Que font-ils pour juguler ce danger qui nous guette chaque jour davantage ? Que penser de ces « politiques » autoproclamés présidents ou des députés et sénateurs qui ne font rien pour juguler l’islamisation galopante dans nos villes et villages kabyles ?

Les représentants ou ceux qui se disent nous représenter, alors que nous ne leur avons rien demandé, cherchent-ils seulement à se faire un nom en utilisant la souffrance des Kabyles qui vivent sur place et qui doivent subir l’insoutenable ? Devons-nous penser que la Kabylie n’est pour eux qu’un moyen d’exister médiatiquement afin de réaliser leurs propres objectifs ? Dans le même sens la question reste posée à tous ceux qui se disent représentants du peuple kabyle, ils font quoi contre ce danger qui nous guette chaque jour ?

J’espère, au seuil de cette nouvelle année, voir la Kabylie débarrassée de tous ces maux. J’espère que ceux qui font en sorte de se mêler de ce qui ne les regarde pas, au nom des Kabyles, se penchent un peu plus sur les problèmes réels, afin d’y apporter des solutions, au lieu de vouloir nous en mettre plein la vue, en nous faisant des communiqués sur leur siège à Paris ou sur les conférences tenus dans des lieus prestigieux, à des prix fous, pendant que les Kabyles sont en train de vouloir se sauver, n’importe où, par n’importe quel moyen, afin de ne plus être réveillés à l’aube par l’appel de l’imam qui règle la sono au maximum, afin de réveiller les gens en sursaut.

Quand donc cesseront ces politicards d’opérette de faire de la Kabylie un pont vers leur prospérité. Quand se mettront-ils autour d’une table afin de discuter de tous ces fléaux étrangers à notre culture et à nos convictions ? Se mettre autour du table non pas pour un monologue, mais pour un dialogue, pour entendre et écouter les revendications de ceux qui subissent et non pour rester bouche-bée devant le discours d’un stalinien qui ne veut pas dire son nom.

Je vous souhaite à tous une bonne année et une Kabylie enfin libre et débarrassée du fléau islamiste.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Pour en finir avec la colonisation de la langue arabe

Les juifs de Libye pourront-ils un jour rentrer chez eux?

Nord-Mali : Alger négocie secrètement avec les islamistes d’Ansar Dine