Les rebelles libyens ont capturé 15 mercenaires algériens et tué 3 autres à Ajdabiya

Maintenant des preuves de l’implication de l’Algérie au côté des forces de Kadhafi. Les insurgés libyens ont indiqué dimanche avoir capturé 15 mercenaires algériens à Ajdabiya et en avoir tué trois pendant de violents combats samedi dans cette ville, dans l’est du pays. Les autorités algériennes sont régulièrement accusées par les rebelles libyens de fournir une aide militaire au colonel Kadhafi.
Les rebelles dénoncent régulièrement la présence de mercenaires, notamment  africains, parmi les forces défendant le régime de Mouammar Kadhafi.

Chamsiddine Abdoulmolah, un porte-parole des rebelles a affirmé à l’AFP que les mercenaires capturés ne portaient pas de papiers d’identité, mais « ils ont dit  qu’ils étaient algériens et avaient un accent algérien ».
Il a précisé également que plusieurs cartes d’identité et passeports algériens avaient été trouvés dans un bâtiment proche, à Ajdabiya.
« Ils ont affirmé qu’ils vendaient du haschich (…) et ils avaient du haschich sur eux », a-t-il dit, en évoquant une histoire « dingue ».
M. Abdoulmolah a expliqué que le groupe de 18 mercenaires avait été amené dans une ville sur la ligne de front par un habitant, fidèle au régime de Mouammar Kadhafi. Ce dernier a également été capturé.
Le porte-parole des rebelles, qui a précisé que les prisonniers étaient bien traités, a accusé l’Algérie de soutenir Mouammar Kadhafi, affirmant que ce  pays « fermait les yeux » sur la venue de mercenaires.
« C’est triste… Ils ont (en Algérie) la même sorte de dictature que nous avons ici », a-t-il déploré.
Samedi, un porte parole de l’armée des insurgés indiquait sur la chaîne Al Jazeera que 100 à 150 mercenaires venant de Béliorussie ont traversé la frontière algérienne pour rejoindre la Libye afin de combattre pour le compte de Kadhafi.
Le président du comité onusien, Jose Luis Gomez del Prado, a expliqué vendredi 8 avril des  mercenaires vraisemblablement des combattants africains indépendants et Biélorusses ont été recrutés et agiraient notamment comme tireurs embusqués pour le compte du colonel Kadhafi.
M. del Prado a dit savoir que plusieurs centaines de mercenaires se trouvent actuellement en Libye. Il a ensuite ajouté que certains des mercenaires ont été fournis par des firmes militaires et de sécurité privées, firmes qu’il a refusé d’identifier.
Quelque 25 000 mercenaires auraient été recrutés par Khadafi et seraient payés cash des centaines de dollars par jour et par homme.
Depuis le début de l’insurrection libyenne, les rebelles ont régulièrement accusé les autorités algériennes de soutenir le régime du colonel Kadhafi, au pouvoir depuis 1969.
Diverses sources libyennes et étrangères ainsi que des journaux soutiennent que Kadhafi a obtenu le concours de l’Algérie pour mater la rébellion.
Pilotes de chasse, mercenaires et soutien logistique à travers des avions miliaires, ce concours présumé des Algériens se présente sous diverses formes.
Vendredi 25 février, le deuxième secrétaire de l’ambassade de Libye à Pékin, qui a rejoint les rangs de l’opposition, avait accusé sur la chaîne Al Jazeera le président algérien d’avoir mis à la disposition de Kadhafi des avions militaires algériens pour le transport des mercenaires vers la Libye.
Mercredi 2 mars, dans une conférence de presse, Abdelhaffif Gouga, porte-parole du Conseil national libyen (CNL),accusait lui aussi ouvertement l’Algérie de porter assistance au régime de Kadhafi en envoyant desmercenaires combattre auprès des forces loyales restées fidèles au colonel pour mater l’insurrection libyenne.
L’écrivain et philosophe Bernard Henry Lévy (BHL) affirmait dans le Journal du Dimanche (JDD) du dimanche 06 mars que des Algériens faisaient partie, à l’instar des Tchadiens et des Nigérians, d’une légion de mercenaires recrutés par le colonel Kadhafi.
Enfin, lundi 7 mars. Le quotidien Al Sharq Al Awsat affirme, citant des sources libyennes non identifiées, que le colonel Kadhafi a engagé des dizaines de pilotes syriens, algériens, serbes, ukrainiens et roumains pour piloter les avions de chasse qui bombardent les bastions des insurgés.
Face à ces multiples accusations, Alger oppose démenti sur démenti qualifiant ces accusations de calomnies
Par DNA

Commentaires

Anonyme a dit…
Manip habituelle de la coalition et du CNT, puisque l Algerie les a vivement impliques dans le trafic d armes a l Aqmi et a refuse l acces de son espace aerien a la France...
Anonyme a dit…
Les rebelles libyens aurait capyuré 15 mercenaires algeriens; restons prudent!!

Posts les plus consultés de ce blog

Pour en finir avec la colonisation de la langue arabe

Les juifs de Libye pourront-ils un jour rentrer chez eux?

Nord-Mali : Alger négocie secrètement avec les islamistes d’Ansar Dine