Articles

Affichage des articles du 2012

Nord-Mali : Alger négocie secrètement avec les islamistes d’Ansar Dine

Image
Jusque-là très en retrait, l’Algérie s’est impliquée dans la crise malienne en organisant secrètement sur son sol, samedi, une rencontre entre des islamistes d’Ansar Dine et un officiel de Bamako, confirme une source contactée par FRANCE 24.
Tout plutôt qu’une intervention militaire occidentale. C’est en substance la ligne tenue par Alger depuis le début de la crise malienne. Pour trouver une issue au conflit opposant les groupes islamistes armés (qui occupent le nord du Mali depuis six mois) aux autorités de Bamako (qui réclament ardemment une intervention militaire occidentale), l’Algérie a officieusement organisé une rencontre entre des représentants du mouvement musulman extrémiste Ansar Dine et un « haut gradé » de Bamako.

Yacine Zaïd : « Le régime algérien a réussi à casser la société civile »

Image
Nouvel entretien sur le blog Paroles d’Algériens. Rencontre avec le militant des droits de l’homme et blogueur Yacine Zaïd. Nous avons appris qu’il avait été arrêté le lundi 1er octobre.
Le président de la section de Laghouat de la Ligue Algérienne de défense des droits de l’homme (LADDH) et membre du SNAPAP, a été agressé par les policiers à Ouargla alors qu’il se rendait à Hassi Messaoud, rapporte plusieurs sources algériennes.

Les juifs de Libye pourront-ils un jour rentrer chez eux?

Image
Il rêve de retourner en Libye et d'y construire une synagogue. Sa famille a été contrainte de partir. La chute du régime Kadhafi va-t-elle permettre le retour des juifs de Libye?Je suis un juif de Libye. Bien que ma famille et moi ayons été forcés de fuir la Libye pour Rome après la guerre de 1967 entre Israël et ses voisins arabes, je me considère encore comme juif, libyen et italien—et fier d’être les trois. Je suis revenu quatre fois depuis 1967, mais chaque fois j’ai été obligé de repartir.Bien que beaucoup de temps ait passé, je sens encore la fraîcheur de l’air de Tripoli et sa lumière si particulière: chaude sans être aveuglante. Je veux encore sentir cette lumière—mais dans une Libye stable, dans un pays prônant la liberté, la justice et l’état de droit, qui protège la liberté de religion pour tous ses citoyens et honore son héritage juif.

Algérie: «Maman, c’est la France qui a tué grand-père. - Non, c’est la guerre»

Image
A Bondy, en Seine-Saint-Denis, une mère d’origine algérienne raconte à son fils les dures réalités du conflit qu’elle a vécues, petite fille, en Kabylie.
«J’avais 6 ans quand j’ai perdu mon père. Nous habitions un village situé à trois kilomètres de Tazmalt, en Petite Kabylie.»C’était en décembre 1959, en Algérie. Des soldats français, opérant dans le cadre du Plan Challe, dont le mot d’ordre était «gagner la guerre pour faire la paix», ratissaient les montagnes qui surplombent la plaine, à la recherche de combattants du FLN. Ils y capturèrent Salah, 32 ans, sur les indications d’un rebelle précédemment arrêté.
Trois jours plus tard, ils ramenèrent Salah à l’endroit où ils l’avaient trouvé, pour le fusiller. Il avait refusé de rejoindre les rangs français.

Maroc : de Hassan II à Mohammed VI, les rois passent, la torture reste

Image
Document. La semaine dernière, L'Humanité Dimancherévélait que cinq étudiants de Taza et Fès étaient emprisonnés, après torture, pour avoir réclamé de meilleures conditions d’études. Ils sont en grève de la faim. L’un d’eux, Ezedine Erroussi, a rédigé une lettre dans laquelle il dévoile la torture qu’il subit. Nous publions en exclusivité son "journal de la torture".



Le détenu politique Ezedine Erroussi, prison locale de Taza, n°d’écrou 7000096 Le journal de la torture Salutations militantes aux étudiants(tes), Salutations à tous les nobles militants du Maroc blessé, Salutations de résistance à mes camarades de la prison de sinistre réputation Aïn Kadouss  à Fès qui sont en grève de la faim à mes côtés depuis le 23/01/2012 Salutations à tous les prisonniers politiques du Maroc notamment les prisonniers de la révolte de Taza la glorieuse avec, à leur tête, les grévistes de la faim depuis le 14/02/2012.

Pourquoi la télévision algérienne est restée soviétique

Image
Toujours fermée aux télévisions et radios privées, l'Algérie, malgré une vague promesse d'ouverture, fait encore figure de mastodonte nord-coréen dans la région.
Algérie, février 2011, 20 heures, heure locale. Le JT de la télévision nationale démarre après une page de publicité qui vante pour l'essentiel des produits privés. Le présentateur, droit comme un soldat, lit un message qu'a adressé le président Abdelaziz Bouteflika à son homologue d'un pays lointain pour lui souhaiter une bonne fête de l'indépendance. Puis un autre message, d'un obscur chef d'Etat de la planète qui félicite à son tour le président Bouteflika.
Il n'y a toujours pas d'images, le présentateur lit ainsi d'une voix monocorde plusieurs documents n'ayant strictement aucun intérêt. Puis une image, sans le son, qui montre le président algérien souriant, recevant le vague envoyé d'un pays ou d'une organisation internationale.

Mélenchon, le plus algérien des candidats à la présidentielle française

Image
Cinquante ans après la signature des accords d’Evian le 18 mars 1962 entre Paris et le Front de Libération Nationale algérien (FLN), la guerre d’Algérie n’a pas fini de semer le trouble en France, notamment chez les responsables politiques français. En pleine campagne électorale présidentielle française, la guerre d’Algérie s’invite dans les débats.
Jean-Luc Mélenchon, le candidat du Front de Gauche, a estimé que Jean-Marie Le Pen «avait du sang jusqu’aux coudes» depuis la guerre d'Algérie, rapporte le site algérien Tout sur l'Algérie. Le Pen «a du sang jusqu'aux coudes»«le sang d'un tortureur» pendant la guerre d'Algérie où «il torturait les résistants du FLN et ceux qui se battaient pour l'indépendance» du pays, a ajouté Mélenchon.
Il a ensuite déploré que sa fille [Marine Le Pen, ndlr]«continuent de nous saouler avec cette histoire de l’Algérie française».

Algérie - Le Qatar grand argentier du Printemps islamiste?

Image
Au lendemain de l'annonce de l'alliance de trois partis islamistes, l'Alliance de l'Algérie verte, nombre d'observateurs relie la situation algérienne à la victoire des islamistes dans les pays voisins, Ennahda en Tunisie, le PJD au Maroc, les Frères musulmans en Egypte.

Le 5 mars dernier, le quotidien algérien El Watan consacre une enquête aux financements étrangers. «Bien qu'il n'y ait pas de preuves directes, les présomptions sont fortes, d'un financement du Qatar (par ailleurs de tous les mouvements islamistes dans le monde), après le financement de ces mêmes mouvements par l'Arabie Saoudite», note le quotidien.Comment comprendre la fulgurante victoire des mouvements islamistes en Libye ou en Tunisie? Pour El Watan, cela s'explique par l'implication du Qatar, qui ne date pas du Printemps arabe. Fait avéré ou délire paranoïaque?

Guerre d'Algérie: une histoire à plusieurs voix

Image
«Guerre d’Algérie, la déchirure», un documentaire qui tente de dépasser les mémoires. Il sera diffusé le dimanche 11 mars à 20h45 sur France 2.
Raconter l’histoire de la guerre d’Algérie n’est pas une tâche facile. Même cinquante ans après. Algériens et Français s’apprêtent pourtant à fêter la fin d’une guerre, qui ne dira jamais son nom, au moins jusqu’au 10 juin 1999, date à laquelle l’Assemblée nationale française a adopté une proposition de loi qualifiant de «guerre» les évènements qui ont déchiré la France et l’Algérie entre1954 et 1962. Presque 40 ans d’omerta sur l’un des conflits les plus importants de la France contemporaine. Difficile de surmonter les mémoires de tous les acteurs de la guerre. De Paris ou d’Alger, la guerre n’a ni le même visage ni le même nom. Les Algériens préfèrent notamment parler de guerre de libération. Cinquante ans après la signature des accords d’Evian (18 mars 1962), il existe donc très peu d’ouvrages qui fassent consensus entre les différents acteurs…

Et si Alger prenait le chemin de Tunis

Image
Vaincus sur le plan militaire mais toujours présents dans la société algérienne, les islamistes du FIS se disent que la bonne fortune de Ghanouchi va certainement leur profiter…A vingt années de distance, c’est un bien curieux chassé-croisé auxquels se livrent les islamistes algériens et tunisiens. Petit retour en arrière pour bien comprendre l’évolution de la situation des uns et des autres. Nous sommes en janvier 1992, le Front islamique du salut (FIS, aujourd’hui dissout) vient de remporter le premier tour de ce que le pouvoir algérien du moment présente comme les premières élections pluralistes «propres et honnêtes» depuis l’indépendance. Pour quelques jours encore, la formation religieuse est au centre du jeu politique algérien même si un bruit de chenilles annonce le coup d’Etat qui annulera le scrutin et précipitera la chute du FIS.

A Casablanca, minettes et bourgeoises s’arrachent DSK

Image
DSK fait toujours tourner la tête des Marocains et surtout des Marocaines! C’est au Maroc que Dominique Strauss-Kahn a fait son come-back. Invité à une conférence économique, il a parlé de la crise et fait son habituel numéro de charme. Les ennuis pour DSK semblent sans fin, et les palaces du monde autant de théâtres grivois de ses frasques sexuelles. Hier, c’était le Sofitel de New York, aujourd’hui le Carlton de Lille.Dans ce dernier, il aurait participé à des parties fines avec de jeunes escort-girls, ce qui lui vaut aujourd’hui une garde à vue pour complicité de proxénétisme et recel d'abus de biens sociaux. Son audition devra déterminer si l'ancien directeur du FMI savait que les femmes qui venaient à ses rendez-vous de charme étaient des prostituées, et s'il se doutait de la provenance de l'argent qui servait à les financer.

Algérie : comment le FIS a imposé ses idées

Image
Le FIS (Front islamique du Salut) a bel et bien gagné sur le plan des idées et des comportements et cela même s’il n’a pu prendre le pouvoir.
Il y a vingt ans, les autorités administratives algériennes s’apprêtaient à dissoudre le Front islamique du salut (FIS). Quelques semaines après l’interruption du processus électoral et l’annulation de la victoire du parti religieux au premier tour des élections législatives, une telle mesure n’avait guère surpris les Algériens et les observateurs. Durant tout le mois de février, nombre de ses militants avaient été arrêtés et envoyés dans des camps d’internement situés au Sahara.
D’autres, entrés très vite en clandestinité, avaient appelé les Algériens à refuser l’annulation des élections et exigé de l’armée qu’elle ne s’oppose pas « au choix du peuple ».

Miss Maroc privée de maillot de bain

Image
Sara Mouaatamid, 19 ans, Casablancaise, a été élue Miss Maroc 2012 parmi les 15 finalistes du concours qui comptait près de 2.500 candidates âgées de 18 à 25 ans lors d’une soirée organisée dans un des plus grands palaces du royaume de la ville balnéaire d’El Jadida.
« Les jeunes filles ont défilé en robe du soir et en tenue traditionnelle —et non en maillot de bain, afin d’éviter toute polémique » rapporte Jeune Afrique.

« Il n’est pas nécessaire de dénuder une femme pour apprécier sa beauté » a affirmé un des organisateurs de l’événement. « Par rapport au maillot de bain il faut comprendre que nous sommes très respectueux de la culture marocaine et musulmane, d’où notre choix », a-t-il ajouté dans une déclaration à France Soir.

Matoub Lounès, le combat éternel

Image
Projection du film documentaire de Tahar Yami à Paris Pour marquer l’anniversaire de la naissance du «rebelle», l’association berbère «Taferka» de Montreuil a convié un public nombreux pour assister à l’avant-première du film documentaire Matoub Lounès : le combat éternel de Tahar Yami.Le film, qui retrace brièvement le parcours de Lounès, débute par ce qui représente un cauchemar pour toute la Kabylie : l’assassinat du chanteur, un certain jeudi 25 juin 1998 sur la route des Ath Douala. Par des images poignantes, le réalisateur est revenu  notamment sur les circonstances de la tragédie et sur la douleur des milliers de personnes qui ont déferlé sur Taourirt Moussa lors des obsèques de Lounès.

La « Piétà islamique » du Yemen primée par le World Press Photo

Image
Une nouvelle fois, une photo de détresse qui évoque les peintures religieuses chrétiennes reçoit un grand prix de photographie : cette « Madone » yéménite en niqab a reçu jeudi le World Press Photo, la principale récompense du photojournalisme. Elle est signée Samuel Aranda, et a été réalisée en octobre 2011 au Yemen pour le New York Times.
Le site du quotidien américain lui-même souligne en titre que cette photo a des allures de « peinture » et, sur Facebook, le photographe de l'AFP au Proche-Orient, Patrick Baz, la qualifie de « Piétà islamique »

Mort de Whitney Houston à 48 ans

Image
Une diva s'en vaLa chanteuse Whitney Houston a été retrouvée morte dans une chambre d’hôtel de Beverly Hills. Whitney Houston est morte samedi après-midi à Los Angeles, selon les information d’AP, qui cite Kristen Foster, la porte-parole de la chanteuse. Elle avait 48 ans. D’après les révélations de TMZ, un proche l’a découverte inanimée dans une chambre d’un hôtel de Bervely Hills. Les secours, contactés aussitôt, n’ont pu que constater son décès, prononcé à 15 h 55 heure locale. Les circonstances de la mort sont pour l'instant inconnues.

Dans la tête d'un salafiste algérien

Image
Mise à jour .
Vous êtes avec lui. Il vous confie son histoire, sa manière de concevoir la vie, la politique. Il vous livre les ambitions politiques de ses pairs, les salafistes algériens. Il vous narre également l’histoire de son père dans les années 1970 et 1990 qui vous donne à comprendre un peu mieux l’Histoire de l’Algérie, notamment les ambitions des islamistes sur la scène politique algérienne. Le quotidien algérien El Watan nous permet de rentrer dans la tête d’un salafiste algérien en 2012, à quelques mois des élections législatives dans le pays, prévu en mai 2012. Ecrit à la première personne, le récit emporte le lecteur.

Cherche strip-teaseuse, 12 euros de l’heure

Image
C’est l’offre que Pôle Emploi a envoyé à une éducatrice au chômage.

Danielle Casadamont, éducatrice spécialisée de 53 ans, au chômage depuis un an, a reçu une annonce de Pôle Emploi plutôt déroutante : « Recherche strip-teaseuse, 12 euros de l’heure. Au sein d’un établissement privé vous interprétez des œuvres chorégraphiques avec des techniques classiques du strip-tease topless, du mercredi au samedi. Horaires : de 21h à 5h du matin. »
Si elle peut en rire aujourd’hui, sa première réaction a été plutôt vive : « Ce qui me perturbe, c’est la déontologie de Pôle emploi. S’ils nous proposent de nous foutre à poil pour gagner notre vie, où est la limite, ça suffit ! »

Le mystère des origines de Bouteflika

Image
Le lieu de naissance du Président algérien est un curieux tabou. Les raisons? Abdelaziz Bouteflika est né à Oujda, au Maroc, ville d’un pays à la fois frère et ennemi.  Oujda est une ville marocaine, frontalière de l’Algérie, à quelques 15 km de Maghnia, une ville algérienne qui lui fait face tout en lui tournant le dos. Cette cité est connue pour ses hôtels vidés après la fermeture des frontières en 1994, ses comptoirs pour les contrebandiers et par son histoire très algérienne.

Algérie : la prohibition s'installe

Image
Avec l’islamisation, l’Algérie glisse vers la prohibition officieuse. Les fermetures de bars s’accélèrent, les points de vente se raréfient, reléguant la consommation d’alcool sur le bord des routes. Seules la Kabylie et l’Oranie résistent.
Plus aucun bar n’existe à Constantine. Ni à Chlef, Tlemcen, Batna ou Boumerdès. A Sétif, il n’en reste plus que deux. A Alger, réputée autrefois pour ses nombreux bistrots, une quinzaine seulement subsiste. Le 23 janvier, deux des plus vieux estaminets bien connus dans la capitale algérienne, la Butte et la Toison d’or, ont baissé leur rideau. Les uns après les autres, les bars vendant de l’alcool ferment, les points de vente se raréfient. L’Algérie glisse vers la prohibition.

Métro d’Alger : « Haram (pêché) de vendre les tickets à l’heure de la prière. »

Image
Alger, vendredi 3 février 2012. Il fait un froid glacial. Il pleut des cordes. La ville est déserte. Même les policiers postés éternellement dans certains carrefours du centre-ville ont déserté les lieux. C’est le week-end pour le commun des mortels, mais pas pour tout le monde.
13 heures. Pour me rendre à la Maison de la presse, je prends comme d’habitude le métro. Pratique, pas cher et rapide.
4 minutes pour aller de la station terminus Tafourah-Grande Poste à la station Aïssat Idir devant le portail de la Maison de la presse Tahar Djaout. Je m’engouffre dans la bouche du métro sise devant la Fac Centrale et le lycée Kheireddine Barberousse et Aâroudj (ex-Delacroix).

Assassinat des moines de Tibhirine : Abderrazak El Para, un casse-tête algéro-français

Image
Les juges français chargés de l’enquête sur les sept moines de Tibhirine, enlevés puis tués en 1996, souhaitent entendre 22 témoins en Algérie dont Abderrazak El Para, ex-émir du GIA, aujourd’hui incarcéré à la prison de Serkadji, à Alger. Cette demande risque de mettre les autorités algériennes dans l’embarras en raison du parcours et du statut actuel de ce prisonnier qui échappe encore à la justice de son pays.
Les juges enquêtant sur la mort des sept moines de Tibéhirine ont demandé à l'Algérie d'identifier une vingtaine de témoins et à entendre Abderrazak El Para, mis en cause par des repentis du GIA dans le rapt  des religieux, selon un document consulté mercredi par l'AFP.

Égypte : 73 morts dans des violences après un match de football

Image
Une rencontre de football tourne au drame en Egypte. Au moins 73 personnes sont mortes dans la soirée du mercredi 1er février dans des violences qui ont éclaté après un match de foot entre deux équipes égyptiennes dans la ville de Port Saïd (nord), a indiqué la télévision d'Etat. Le bilan risque de s'alourdir en cours de nuit.
Des affrontements entre supporters de deux équipes de football ont fait 73 morts et des centaines de blessés, ce mercredi soir dans la ville de Port Saïd, après un match opposant deux équipes locales.

Moines de Tibhirine : Le juge Trévidic veut exhumer et autopsier les crânes en Algérie

Image
Le juge français Marc Trévidic, chargé de l’enquête sur la mort des sept moines de Tibhirine, veut se rendre en Algérie pour exhumer et autopsier les crânes des sept religieux tués en 1996, leurs corps n'ayant jamais été retrouvés, selon une information de l’hebdomadaire Marianne à paraître samedi 28 janvier et confirmée par une source proche du dossier. Selon la thèse officielle, les sept moines ont été enlevés et tués par le GIA.
Le juge Trévidic a adressé une commission rogatoire internationale à l'Algérie, rédigée le 16 décembre dernier et traduite en arabe, précisant sa demande d'autopsie et la vingtaine de témoins qu'il souhaite entendre sur place, précise l'hebdomadaire.

Le guinéen Ibrahim Avi Be’eri : « Mon rêve est de contribuer autant que je peux pour Israël »

Image
Les gens qui sont sans arrêt en première ligne dans la défense de la liberté et de la dignité de l’être humain savent bien que les Israéliens ne sont pas d’horribles racistes. Israël , qui possède une véritable démocratie et une société multiculturelle, est la plus belle réussite pour des milliers d’africains qui cherchent une vie meilleure dans ce pays.

L’histoire de la vie d’Avi Be’eri aurait pu facilement devenir un feuilleton à succès. Cela a commencé avec la mort de ses parents en Guinée, puis c’est poursuivi avec sa vente en tant qu’esclave et aujourd’hui, son insertion dans l’armée israélienne où il est fier de défendre l’état qui l’a sauvé.

[Video] Tunisie : l’assaut des barbus

Ce reportage montre ce qu’une poignée d’islamistes bien organisés sont capables de faire face à une majorité laïque non-organisée (à l’université de Tunis par exemple). Un reportage à regarder en gardant toutefois à l’esprit qu’une large majorité des tunisiens ont librement voté pour le parti islamiste Ennahda.
durée - 17 minutes environ

Décès de Chérif Kheddam, monument de la chanson kabyle

Image
C’est un monument de la chanson Kabyle qui s’en va. Le chanteur et compositeur kabyle, Chérif Kheddam, est décédé lundi 23 janvier vers midi dans un hôpital parisien où il se faisait soigner pour une insuffisance rénale. Poète et musicien de talent, Chérif Kheddam a formé plusieurs générations de chanteurs kabyles.
La mort dans l’exil. Le chanteur et compositeur Chérif Kheddam est décédé à l’âge de 85 ans. Installé en France depuis plusieurs années, le défunt souffrait d’une insuffisance rénale. Né en  1927, dans le village  Taddert Boumessaoud (Aïn El Hammam, ex-Michelet), l’artiste était un monument de la chanson kabyle.