Articles

Affichage des articles du février, 2012

Et si Alger prenait le chemin de Tunis

Image
Vaincus sur le plan militaire mais toujours présents dans la société algérienne, les islamistes du FIS se disent que la bonne fortune de Ghanouchi va certainement leur profiter…A vingt années de distance, c’est un bien curieux chassé-croisé auxquels se livrent les islamistes algériens et tunisiens. Petit retour en arrière pour bien comprendre l’évolution de la situation des uns et des autres. Nous sommes en janvier 1992, le Front islamique du salut (FIS, aujourd’hui dissout) vient de remporter le premier tour de ce que le pouvoir algérien du moment présente comme les premières élections pluralistes «propres et honnêtes» depuis l’indépendance. Pour quelques jours encore, la formation religieuse est au centre du jeu politique algérien même si un bruit de chenilles annonce le coup d’Etat qui annulera le scrutin et précipitera la chute du FIS.

A Casablanca, minettes et bourgeoises s’arrachent DSK

Image
DSK fait toujours tourner la tête des Marocains et surtout des Marocaines! C’est au Maroc que Dominique Strauss-Kahn a fait son come-back. Invité à une conférence économique, il a parlé de la crise et fait son habituel numéro de charme. Les ennuis pour DSK semblent sans fin, et les palaces du monde autant de théâtres grivois de ses frasques sexuelles. Hier, c’était le Sofitel de New York, aujourd’hui le Carlton de Lille.Dans ce dernier, il aurait participé à des parties fines avec de jeunes escort-girls, ce qui lui vaut aujourd’hui une garde à vue pour complicité de proxénétisme et recel d'abus de biens sociaux. Son audition devra déterminer si l'ancien directeur du FMI savait que les femmes qui venaient à ses rendez-vous de charme étaient des prostituées, et s'il se doutait de la provenance de l'argent qui servait à les financer.

Algérie : comment le FIS a imposé ses idées

Image
Le FIS (Front islamique du Salut) a bel et bien gagné sur le plan des idées et des comportements et cela même s’il n’a pu prendre le pouvoir.
Il y a vingt ans, les autorités administratives algériennes s’apprêtaient à dissoudre le Front islamique du salut (FIS). Quelques semaines après l’interruption du processus électoral et l’annulation de la victoire du parti religieux au premier tour des élections législatives, une telle mesure n’avait guère surpris les Algériens et les observateurs. Durant tout le mois de février, nombre de ses militants avaient été arrêtés et envoyés dans des camps d’internement situés au Sahara.
D’autres, entrés très vite en clandestinité, avaient appelé les Algériens à refuser l’annulation des élections et exigé de l’armée qu’elle ne s’oppose pas « au choix du peuple ».

Miss Maroc privée de maillot de bain

Image
Sara Mouaatamid, 19 ans, Casablancaise, a été élue Miss Maroc 2012 parmi les 15 finalistes du concours qui comptait près de 2.500 candidates âgées de 18 à 25 ans lors d’une soirée organisée dans un des plus grands palaces du royaume de la ville balnéaire d’El Jadida.
« Les jeunes filles ont défilé en robe du soir et en tenue traditionnelle —et non en maillot de bain, afin d’éviter toute polémique » rapporte Jeune Afrique.

« Il n’est pas nécessaire de dénuder une femme pour apprécier sa beauté » a affirmé un des organisateurs de l’événement. « Par rapport au maillot de bain il faut comprendre que nous sommes très respectueux de la culture marocaine et musulmane, d’où notre choix », a-t-il ajouté dans une déclaration à France Soir.

Matoub Lounès, le combat éternel

Image
Projection du film documentaire de Tahar Yami à Paris Pour marquer l’anniversaire de la naissance du «rebelle», l’association berbère «Taferka» de Montreuil a convié un public nombreux pour assister à l’avant-première du film documentaire Matoub Lounès : le combat éternel de Tahar Yami.Le film, qui retrace brièvement le parcours de Lounès, débute par ce qui représente un cauchemar pour toute la Kabylie : l’assassinat du chanteur, un certain jeudi 25 juin 1998 sur la route des Ath Douala. Par des images poignantes, le réalisateur est revenu  notamment sur les circonstances de la tragédie et sur la douleur des milliers de personnes qui ont déferlé sur Taourirt Moussa lors des obsèques de Lounès.

La « Piétà islamique » du Yemen primée par le World Press Photo

Image
Une nouvelle fois, une photo de détresse qui évoque les peintures religieuses chrétiennes reçoit un grand prix de photographie : cette « Madone » yéménite en niqab a reçu jeudi le World Press Photo, la principale récompense du photojournalisme. Elle est signée Samuel Aranda, et a été réalisée en octobre 2011 au Yemen pour le New York Times.
Le site du quotidien américain lui-même souligne en titre que cette photo a des allures de « peinture » et, sur Facebook, le photographe de l'AFP au Proche-Orient, Patrick Baz, la qualifie de « Piétà islamique »

Mort de Whitney Houston à 48 ans

Image
Une diva s'en vaLa chanteuse Whitney Houston a été retrouvée morte dans une chambre d’hôtel de Beverly Hills. Whitney Houston est morte samedi après-midi à Los Angeles, selon les information d’AP, qui cite Kristen Foster, la porte-parole de la chanteuse. Elle avait 48 ans. D’après les révélations de TMZ, un proche l’a découverte inanimée dans une chambre d’un hôtel de Bervely Hills. Les secours, contactés aussitôt, n’ont pu que constater son décès, prononcé à 15 h 55 heure locale. Les circonstances de la mort sont pour l'instant inconnues.

Dans la tête d'un salafiste algérien

Image
Mise à jour .
Vous êtes avec lui. Il vous confie son histoire, sa manière de concevoir la vie, la politique. Il vous livre les ambitions politiques de ses pairs, les salafistes algériens. Il vous narre également l’histoire de son père dans les années 1970 et 1990 qui vous donne à comprendre un peu mieux l’Histoire de l’Algérie, notamment les ambitions des islamistes sur la scène politique algérienne. Le quotidien algérien El Watan nous permet de rentrer dans la tête d’un salafiste algérien en 2012, à quelques mois des élections législatives dans le pays, prévu en mai 2012. Ecrit à la première personne, le récit emporte le lecteur.

Cherche strip-teaseuse, 12 euros de l’heure

Image
C’est l’offre que Pôle Emploi a envoyé à une éducatrice au chômage.

Danielle Casadamont, éducatrice spécialisée de 53 ans, au chômage depuis un an, a reçu une annonce de Pôle Emploi plutôt déroutante : « Recherche strip-teaseuse, 12 euros de l’heure. Au sein d’un établissement privé vous interprétez des œuvres chorégraphiques avec des techniques classiques du strip-tease topless, du mercredi au samedi. Horaires : de 21h à 5h du matin. »
Si elle peut en rire aujourd’hui, sa première réaction a été plutôt vive : « Ce qui me perturbe, c’est la déontologie de Pôle emploi. S’ils nous proposent de nous foutre à poil pour gagner notre vie, où est la limite, ça suffit ! »

Le mystère des origines de Bouteflika

Image
Le lieu de naissance du Président algérien est un curieux tabou. Les raisons? Abdelaziz Bouteflika est né à Oujda, au Maroc, ville d’un pays à la fois frère et ennemi.  Oujda est une ville marocaine, frontalière de l’Algérie, à quelques 15 km de Maghnia, une ville algérienne qui lui fait face tout en lui tournant le dos. Cette cité est connue pour ses hôtels vidés après la fermeture des frontières en 1994, ses comptoirs pour les contrebandiers et par son histoire très algérienne.

Algérie : la prohibition s'installe

Image
Avec l’islamisation, l’Algérie glisse vers la prohibition officieuse. Les fermetures de bars s’accélèrent, les points de vente se raréfient, reléguant la consommation d’alcool sur le bord des routes. Seules la Kabylie et l’Oranie résistent.
Plus aucun bar n’existe à Constantine. Ni à Chlef, Tlemcen, Batna ou Boumerdès. A Sétif, il n’en reste plus que deux. A Alger, réputée autrefois pour ses nombreux bistrots, une quinzaine seulement subsiste. Le 23 janvier, deux des plus vieux estaminets bien connus dans la capitale algérienne, la Butte et la Toison d’or, ont baissé leur rideau. Les uns après les autres, les bars vendant de l’alcool ferment, les points de vente se raréfient. L’Algérie glisse vers la prohibition.

Métro d’Alger : « Haram (pêché) de vendre les tickets à l’heure de la prière. »

Image
Alger, vendredi 3 février 2012. Il fait un froid glacial. Il pleut des cordes. La ville est déserte. Même les policiers postés éternellement dans certains carrefours du centre-ville ont déserté les lieux. C’est le week-end pour le commun des mortels, mais pas pour tout le monde.
13 heures. Pour me rendre à la Maison de la presse, je prends comme d’habitude le métro. Pratique, pas cher et rapide.
4 minutes pour aller de la station terminus Tafourah-Grande Poste à la station Aïssat Idir devant le portail de la Maison de la presse Tahar Djaout. Je m’engouffre dans la bouche du métro sise devant la Fac Centrale et le lycée Kheireddine Barberousse et Aâroudj (ex-Delacroix).

Assassinat des moines de Tibhirine : Abderrazak El Para, un casse-tête algéro-français

Image
Les juges français chargés de l’enquête sur les sept moines de Tibhirine, enlevés puis tués en 1996, souhaitent entendre 22 témoins en Algérie dont Abderrazak El Para, ex-émir du GIA, aujourd’hui incarcéré à la prison de Serkadji, à Alger. Cette demande risque de mettre les autorités algériennes dans l’embarras en raison du parcours et du statut actuel de ce prisonnier qui échappe encore à la justice de son pays.
Les juges enquêtant sur la mort des sept moines de Tibéhirine ont demandé à l'Algérie d'identifier une vingtaine de témoins et à entendre Abderrazak El Para, mis en cause par des repentis du GIA dans le rapt  des religieux, selon un document consulté mercredi par l'AFP.

Égypte : 73 morts dans des violences après un match de football

Image
Une rencontre de football tourne au drame en Egypte. Au moins 73 personnes sont mortes dans la soirée du mercredi 1er février dans des violences qui ont éclaté après un match de foot entre deux équipes égyptiennes dans la ville de Port Saïd (nord), a indiqué la télévision d'Etat. Le bilan risque de s'alourdir en cours de nuit.
Des affrontements entre supporters de deux équipes de football ont fait 73 morts et des centaines de blessés, ce mercredi soir dans la ville de Port Saïd, après un match opposant deux équipes locales.