Attaques au couteau et nouveaux heurts en Cisjordanie

Some 49 Palestinians and one Arab Israeli have died, including alleged attackers and those killed in clashes with Israeli security forces ( Abbas Momani (AFP) ) 


Un bébé palestinien mort après avoir inhalé du gaz lacrymogène lors de heurts entre soldats et émeutiers.

Bethléem, mais aussi Hébron, Ramallah et Naplouse en Cisjordanie, ainsi que la bande de Gaza ont été secouées par les affrontements entre émeutiers palestiniens et soldats israéliens.
Tous les mouvements palestiniens avaient appelé à manifester après la prière, après un mois marqué par une flambée des violences entre Israéliens et Palestiniens.

Une émission de télévision arabe a diffusé deux vidéos montrant des officiers de la police des frontière israélienne frapper un Palestinien impliqué dans des émeutes près de Ramallah, en Cisjordanie, rapporte vendredi le Jerusalem Post.


Dans un des films, on aperçoit une jeep de la police pourchasser un Palestinien qui s'enfuit. Après l'avoir rattrapé, un officier qui semble armé d'un fusil frappe le Palestinien à la tête.

Une équipe d'ambulanciers palestiniens apparaît alors rapidement pour tenter de soigner l'assaillant présumé.
Dans l'autre film, on voit la jeep de la police attaquée avec un cocktail Molotov. Quelques secondes plus tard, on voit l'émeutier palestinien battu dans le premier film lancer un objet non identifié sur un officier. C'est à ce moment que la jeep le pourchasse pour le rattraper.

Les ambulanciers du Croissant-Rouge sont rapidement arrivé sur les lieux pour soigner l'assaillant, malgré une rixe entre les forces de sécurité israéliennes et les émeutiers palestiniens, ces derniers continuant à lancer des pierres et des bombes incendiaires sur les policiers.

 
 Un bébé palestinien de 8 mois est mort après avoir inhalé du gaz lacrymogène lors de heurts entre soldats israéliens et émeutiers palestiniens, près du domicile de sa famille à Bethléem, en Cisjordanie, selon le ministère de la Santé palestinien.

Par ailleurs, des heurts ont été signalés à la frontière qui sépare Gaza d'Israël vendredi après-midi, après la fin des prières musulmanes.

Les émeutiers palestiniens ont jeté des bombes incendiaires et des pierres, et ont brûlé des pneus à différents endroits. L'armée a précisé que les soldats mettaient tout en œuvre pour disperser les manifestants.
En outre, l'armée israélienne a décidé vendredi de restituer les corps de cinq Palestiniens abattus alors qu'ils tentaient de commettre des attaques au couteau contre des Israéliens.
Les corps ont été restitutés au point de contrôle de Tarqumia (Cisjordanie).

Attaques au couteau

Un terroriste palestinien qui tentait de poignarder un militaire israélien a été atteint par balle près de Ramallah (Cisjordanie) vers 14h30 (heure locale). Il s'agit de la troisième attaque au couteau de la journée.
Un peu plus tôt, deux personnes ont été blessées au cours d'une attaque au couteau vers 13h20 (heure locale) dans le quartier de la "Colline des Munitions" à Jérusalem.

Le terroriste, un Arabe de 23 ans, résident de Jérusalem et détenteur d'une carte d'identité israélienne, a été touché par balle et serait dans un état critique, selon les médias israéliens. Un des deux blessés israéliens serait un passant touché par balle par erreur par les forces de sécurité.

En fin de matinée, deux terroristes palestiniens qui tentaient de poignarder des garde-frontières israéliens ont été abattus au carrefour Tapouah dans le nord de la Cisjordanie. Aucun blessé n'est signalé du côté des forces de l'ordre. Les deux terroristes étaient à moto et se sont approchés à grande vistesse du point de contrôle situé au carrefour tentant de poignarder les garde-frontières en faction. Ceux-ci ont répliqué et abattu les deux hommes. rapportent les forces de sécurité.

Ces nouveaux attentats interviennent à la suite d'un appel lancé par le Hamas à une "journée de colère" et à des affrontements ave les forces de sécurité israéliennes ce vendredi dans toute la Cisjordanie .

Acte d'accusation contre un terroriste de 13 ans

Un acte d'accusation a été présenté vendredi par le parquet devant le tribunal de Jérusalem contre Ahmed Manasra, un adolescent de 13 ans originaire de Beit Hanina, un quartier arabe de Jérusalem pour avoir blessé gravement deux personnes, dont un garçon de 13 ans au cours d'une attaque au couteau dans le quartier de Pisgat Zeev le 12 octobre dernier.

Mahmoud Abbas avait accusé Israël, au cours d'un discours, d'avoir délibérement "exécuté de sang-froid" l'adolescent palestinien alors qu'il était en fait hospitalisé et soigné dans un hôpital israélien.
Le parquet a demandé le placement de l'adolescent en centre de détention alors que ses parents souhaitent qu'il soit placé en résidence surveillée.

Selon l'acte, Manasra a rencontré son cousin le 12 octobre à la sortie de l'école et, après avoir discuté de la vague de violences, ils ont décidéde devenir des "Shahid" (martyrs) pour "défendre al-Aqsa contre les Juifs".

La Cour suprême interpelle l'Etat sur les démolitions de maisons de terroristes

Par ailleurs, la Cour suprême a ordonné jeudi à l'Etat de lui fournir des informations sur toutes les démolitions de maisons de terroristes qui ont été autorisées par la juridiction suprême et qui n'ont pas été mises en oeuvre.

La Cour a critiqué l'Etat par le passé pour lui avoir soumis des requêtes urgentes de démolitions qui ont été approuvées mais qui n'ont finalement pas été appliquées.
L'Etat doit fournir le détail des démolitions approuvées et les raisons pour lesquelles ces démolitions, approuvées par la Cour suprême, n'ont pas été effectuées alors qu'elles avaient été requises de toute urgence.

Source: I24news

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Pour en finir avec la colonisation de la langue arabe

Les juifs de Libye pourront-ils un jour rentrer chez eux?

Nord-Mali : Alger négocie secrètement avec les islamistes d’Ansar Dine