L'ancien chancelier allemand Helmut Schmidt est mort



Il avait acquis la stature du grand sage de la nation. L'ancien chancelier allemand Helmut Schmidt est mort ce mardi à l'âge de 96 ans. Il avait occupé ce poste de 1974 à 1982.Allergique au IIIe Reich et profondément marqué par les horreurs de la guerre, il adhère en 1946 au Parti social-démocrate (SPD). Après des études en sciences économiques et politiques, au cours desquelles il préside la Fédération des étudiants socialistes, il est élu député fédéral en 1953 et se distingue par ses qualités oratoires. Ministre de l'Intérieur du Land de Hambourg, sa ville natale, il révèle ses capacités à gérer une crise lors des inondations de février 1962.Président du groupe parlementaire SPD au Bundestag, de 1967 à 1969, il a ensuite été ministre de Défense (de 1969 à 1972), puis à l'Economie et aux Finances (1972 - 1974).

 

Un mandat renouvelé à deux reprises

En 1974, Helmut Schmidt succède à Willy Brandt comme Chancelier fédéral, trois jours avant l'élection de Valéry Giscard d'Estaing à la présidence de la République française. Il conforte avec lui le rôle du couple franco-allemand en Europe et accroît la présence de l'Allemagne sur le plan international. Son mandat de Chancelier sera renouvelé à deux reprises, en 1976 et 1980. Il cède la place à Helmut Kohl (CDU) en 1982, suite au ralliement du Parti libéral, membre de sa coalition, au mouvement chrétien démocrate. Européen convaincu, il ne s'était pas privé de critiquer la manière dont son successeur Helmut Kohl avait conduit l'unification de l'Allemagne.Depuis son retrait de la politique, en 1987, il est resté très présent dans les débats de fond. Il contribuait encore récemment aux débats politiques et intellectuels de son pays, essaimant les petites phrases drôles ou piquantes.Auteur d'une trentaine d'ouvrages, il a été éditeur (1983) puis directeur (1985-1989) de Die Zeit, l'un des plus prestigieux hebdomadaires allemands.

Hommages à l'"autorité morale"

"C'est un grand Européen qui vient de s'éteindre" a réagi François Hollande, tandis que le Premier ministre Manuel Valls lui a rendu hommage à l'Assemblée.

Source

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Pour en finir avec la colonisation de la langue arabe

Les juifs de Libye pourront-ils un jour rentrer chez eux?

Nord-Mali : Alger négocie secrètement avec les islamistes d’Ansar Dine