Régionales : Marine Le Pen veut «éradiquer l'immigration bactérienne»


LE SCAN POLITIQUE - Pour justifier la fermeture des frontières qu'elle réclame, la présidente du Front national, tête de liste dans le Nord-Pas-de-Calais-Picardie, pointe le risque sanitaire lié selon elle à l'afflux de migrants.


«Désormais, des migrants errent dans nos quartiers, autour des gares ou dans des bidonvilles, causant à la France d'immenses problèmes de salubrité». Lors de l'université d'été de son parti en septembre dernier, à Marseille, Marine Le Pen avait déjà lié crise des migrants et problématiques de santé publique. Aujourd'hui en campagne dans le Nord-Pas-de-Calais-Picardie, où elle porte les couleurs du Front national pour les régionales de décembre prochain, l'eurodéputée a décidé d'aller plus loin.


C'est en tout cas ce que révèle son programme, publié par La Voix du Nord et relayé ce mardi sur Twitter par un internaute. L'ancienne candidate à la présidentielle y propose ainsi de «dénoncer et éradiquer toute immigration bactérienne». «Les hôpitaux font face à la présence alarmante de maladies contagieuses non européennes, liées à l'afflux migratoire. Nous refusons cette mise en danger de la santé de nos compatriotes», écrit-elle notamment.

Une marotte loin d'être nouvelle au FN

Au sein de l'équipe de campagne de la candidate, c'est tout naturellement que l'on justifie cette proposition: «Il s'agit simplement de la suite logique de notre demande de fermeture des frontières. De nombreuses déclarations médicales font état d'une recrudescence de maladies autrefois éradiquées de France et d'Europe. Particulièrement à Calais, d'ailleurs, où le personnel hospitalier souffre et est submergé par un afflux migratoire entraînant des maladies qu'ils n'arrivent pas à endiguer», assure-t-on.

Une marotte loin d'être nouvelle au Front national. En 2013, déjà, Marine Le Pen s'était émue, dans un communiqué, de cas de «tuberculose multi-résistante concernant des immigrés d'Europe de l'Est». «Face à ce qui pourrait être les prémisses d'une catastrophe sanitaire, l'État ne semble pas avoir pris la mesure de la gravité de la situation et le risque d'une propagation rapide de cette maladie, alimentée par un réseau d'immigration massive et incontrôlée», déplorait-elle.

source

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Pour en finir avec la colonisation de la langue arabe

Les juifs de Libye pourront-ils un jour rentrer chez eux?

Nord-Mali : Alger négocie secrètement avec les islamistes d’Ansar Dine